La planète sauvage : insolite et enchanteur

Véritable ovni de l’animation, La planète sauvage est un conte de science-fiction à l’univers foisonnant, et proprement envoûtant.

laplanetesauvage-5

C’est d’abord le récit d’une amitié qui a débuté dans les très libertaires sixties. Celle du cinéaste engagé René Laloux et du dessinateur et écrivain barré Roland Topor. Une rencontre qui fera de beaux petits… courts-métrages d’animation, dont l’un, le fantastique Les escargots, réalisé avec la technique innovante de papier découpé, va glaner de prestigieuses récompenses internationales. Le duo est prêt pour le long métrage et arrête son choix sur l’adaptation d’un roman de science-fiction de Stefan Wul, Oms en série.

Le propos est ambitieux. Les Draags, des géants paisibles et surdoués, vivent sur la planète Ygam Où ils apportent bientôt des Oms, petites créatures humanoïdes qu’ils vont asservir. C’est la vision d’un homme qui n’est pas dominant dans son monde et doit se battre pour exister que proposent les cinéastes. Un renversement des valeurs qui entraîne ce récit de S-F, non pas dans l’horreur ou le simplisme inhérents au genre, mais vers la fable humaniste.

Bien sûr, la technique du collage montre ses limites et les acteurs ânonnent les réactions des personnages. Mais le travail de titan de Laloux (produit en Tchécoslovaquie, le film a été interrompu 3 ans à cause du Printemps de Prague) rend grâce aux exceptionnels dessins de Topor, source d’un univers foisonnant d’inventivité. Et véritable cadeau pour les fans de science-fiction, amateurs de mondes inédits et mystérieux. Sur Ygam, des plantes jamais vues et des animaux bizarroïdes se mêlent dans un étrange spectacle surréaliste évoquant les peintures de Dali. Et la musique psychédélique d’Alain Goraguer (ancien arrangeur de Gainsbourg) ajoute à l’expérience. Hymne à la paix lancé en pleine Guerre froide, La planète sauvage est d’une brûlante actualité dans notre monde chaotique et n’a rien perdu de son pouvoir de fascination

Sur le même sujet
Plus d'actualité