Suprême JoeyStarr

Des mots, des idées, une voix. Dans Éloquence à l’Assemblée, JoeyStarr a enflammé les planches.

eloquencealasse_preview_2300

À presque 50 ans, le rappeur monte sur scène, et pas pour rien. Il va y incarner, y déclamer, y vivre 18 des plus grands morceaux de bravoure de la politique française. 18 discours sublimes, écrits par des plumes immortelles. C’est pas rien. C’est pas rien de se lever, tout seul face au public, et de lâcher :“Au fond de la conscience de tout citoyen, du plus humble comme du plus grand, au fond de l’âme […] du dernier mendiant, du dernier vagabond, il y a un sentiment sublime, sacré, indestructible, incorruptible, éternel, le droit!” Ça pète, c’est Victor Hugo, le 21 mai 1850 qui défend la nécessité morale d’abolir la misère. Et dits par JoeyStarr, ces mots grondent comme un tonnerre. 

Avec ferveur, émotion et puissance, le fauve replonge dans l’histoire de France mais surtout l’histoire des idées, des combats et des valeurs. Il y aura Robespierre, Lamartine, Jaurès, Olympe de Gauges, première féministe (dont les mots, dits par Didier, prennent une nouvelle résonance), l’abbé Grégoire… Vieillot? Que du contraire, on reste frappé par la vigueur de ces hommes politiques qui, hier, débattaient de problématiques d’aujourd’hui, comme lorsque Lamartine pourfend le libéralisme menteur. Ces harangues s’achèvent par un triptyque saisissant: le discours de Simone Veil défendant le droit des femmes à disposer de leur corps, celui d’Aimé Césaire, appelant au respect des anciens colonisés puis d’André Malraux, défendant la culture. Mis en scène par Jérémie Lippmann, qui a remporté deux Molière pour La Vénus à la fourrure, le rappeur acteur reste sobre. Il bredouille parfois? Oui, mais il explose surtout de charisme. JoeyStarr et Victor Hugo? C’était une évidence, en fait.

Sur le même sujet
Plus d'actualité