Prodiges: le grand concert

Le classique au stade! Pari fou de ce concert en direct, qui nous permet de retrouver nos jeunes prodiges.

prodiges-2016_1

Derrière Prodiges, télé-crochet qui tient plus de la Nouvelle Star que du Reine Élisabeth, l’on trouve le savoir-faire de Shine France, productrice de The Voice. Le pari? Dépoussiérer le classique et mettre en avant des jeunes artistes, chanteurs, danseurs ou musiciens, de 7 à 16 ans. 4 millions de téléspectateurs en moyenne, on peut dire que le challenge est gagné. Le barnum de ce soir en est la preuve éclatante. Avec la maestria de Marianne James et du danseur étoile Patrick Dupont, 17 caméras immortaliseront 10.000 jeunes choristes, 50 danseurs et 100 musiciens interprétant les grands airs du classique. Ce côté Top 50, qui compile Les quatre saisons de Vivaldi, La flûte enchantée de Mozart, Nabucco de Verdi, la 9e de Beethoven et Le lac des cygnes de Tchaïkovski est sans doute l’unique reproche que l’on peut faire au programme. Sortons des partitions battues, que diable! Ce défaut mis à part, on ne peut qu’applaudir ce programme et surtout les artistes qui en sont issus. On les retrouvera d’ailleurs dans La folle histoire de Prodiges, le documentaire qui suivra. Camille Berthollet, 80.000 disques vendus, se retrouve à la salle Pleyel. Simon danse au Ballet Royal de Londres. Éric, le rossignol, éblouit son village. La “grande musique” a perdu ses grands airs auprès du grand public. Et ça, c’est un grand prodige!

Sur le même sujet
Plus d'actualité