Qui était Roland Garros?

Derrière le nom du prestigieux tournoi parisien, se cache en fait une personnalité hors du commun.

belgaimage-57315492

Puisque depuis l’an dernier, le tournoi du Grand Chelem le plus médiatisé de la planète nous offre même ses qualifications en télé, l’occasion était idéale, à six jours du (réel) début des hostilités, d’évoquer le destin de Roland Garros. Aussi court, puisqu’il mourut la veille de son trentième anniversaire, que fabuleux: son ami Emile Lesieur, au moment où était construit le plus prestigieux temple de tennis parisien, déclara ainsi, en 1927:  » Si le nom de Roland n’est pas attribué à ce stade, je ne sortirai pas un centime de mes caisses. »

Natif d’outre-mer en 1888 et fils d’un père qui rêvait d’en faire – comme lui – un avocat, Garros dût quitter le domicile familial, en Indochine, pour suivre seul sa scolarité en France. Surdoué mais …rebelle, il brilla très jeune, tantôt en sport, devenant champion inter-scolaire en cyclisme, en football et en rugby, tantôt en musique, récoltant entre autres un premier prix de piano. Promu plus tard de la prestigieuse HEC (Hautes Etudes Commerciales) de Paris, il s’intéressa ensuite à la mécanique et à l’automobile, au point de se lier d’amitié avec Ettore Bugatti, qui construisit une voiture à son nom. Mais c’est véritablement comme aviateur qu’il allait devenir un héros national, effectuant la première traversée de la Méditerranée et battant une flopée de records, de l’Argentine au Mexique, en passant par le Brésil ou les États-Unis. Et alors que surgit le premier conflit mondial, notre petit génie mis au point le premier chasseur monoplace de l’histoire, avant d’être fait prisonnier. Évadé après trois ans, son combat de trop eut lieu le 5 octobre 1918, un pilote allemand ayant fait exploser son appareil. Voilà qui ferait un sacré film… 

Sur le même sujet
Plus d'actualité