Thema: Étudiants, l’avenir à crédit

Émaillé de témoignages éloquents et de chiffres effrayants, Étudiants, l’avenir à crédit dépeint la violente réalité d’une partie de la jeunesse étudiante à travers le monde.

etudiantslaveniracredit-2

Autant le dire tout de suite, le documentaire de Jean-Robert Viallet frappe juste et frappe fort. Étudiants, l’avenir à crédit traverse le globe à la rencontre d’élèves, de chercheurs et de présidents d’universités pour faire le point sur la situation précaire de la jeunesse étudiante. Une jeunesse considérée comme un simple retour sur investissement par un système, européen notamment, qui met l’enseignement supérieur au service de ses projets libéraux.

Sous leurs allures feutrées de garants de la connaissance, les universités sont devenues des instruments économiques de rayonnement international. Une véritable économie du savoir qui a vu le jour à la fin du XXe siècle avec le processus de Bologne. Pionnière de ce bouleversement, l’Angleterre, dont les frais d’inscription universitaires sont passés de 0 à 9.000 livres l’année entre 1998 et 2012, et qui se retrouve actuellement avec 45% de prêts étudiants non remboursés sur les bras.

Il s’agissait de concurrencer la suprématie américaine. Un jeu dangereux, car si l’Oncle Sam peut se targuer de placer ses universités au premier rang de classements aussi vénérés que controversés, il asphyxie chaque année un peu plus ses 40 millions d’étudiants endettés. Et pour ceux qui n’ont même pas accès à ces crédits étudiants, il est encore possible de lier leur destin à de mystérieuses écoles privées à but lucratif. Un marché parallèle fait de recruteurs et de contrats nébuleux, né sur le désespoir de ces jeunes défavorisés. Parmi eux, Emmy, jeune Américaine originaire du sinistré Detroit, prise dans les filets d’une de ces facultés et dont les mots résonnent comme la conclusion parfaite du système éducatif américain: “Avant de faire des études, j’étais pauvre. Aujourd’hui, je suis extrêmement pauvre”. Reste à voir si les étudiants européens connaîtront le même sort.

Sur le même sujet
Plus d'actualité