Iran, la mauvaise réputation

Échappée belle dévoile les trésors de l’Iran, pays méconnu.

echappeesbelles-irandepersep201

C’est peu de dire que l’Iran souffre d’un déficit de popularité. L’ancienne Perse (jusqu’en 1934) a beau avoir vu naître une civilisation dont les avancées technologiques fascinent encore aujourd’hui, elle pâtit des différents régimes politiques qui l’ont gouvernée tout au long des XXe et XXIe siècles. En attestent les nombreuses réflexions du style “les gens ont été surpris quand on leur a dit qu’on partait en voyage en Iran” qui émaillent cette escapade iranienne placée d’entrée de jeu sous le signe de la réhabilitation. On ne parlera donc pas d’accord de non-prolifération du nucléaire ni des relations houleuses entretenues avec les États-Unis et c’est tant mieux. D’ailleurs, les touristes ne s’y trompent pas et commencent à revenir depuis que le pays fait des efforts en matière d’accueil. 
Pour les étrangers et en particulier les Européens, obtenir un visa n’est plus si compliqué et plus de 5 millions de personnes devraient visiter le pays cette année. Si l’Iran parvient à maintenir une stabilité politique et progresse sur le plan des droits de l’homme, il pourrait même devenir la prochaine hype touristique de la région. Le pays en a tous les atouts. Du point de vue architectural comme en témoigne la mosquée Nasir-ol-Molk dont la découverte des couleurs se situe entre l’ébahissement contemplatif et le bon trip sous LSD. Grâce à sa nature encore sauvage et changeante aussi, véritable paradis pour les trekkers.

Sur le même sujet
Plus d'actualité