Fanny Herrero: « Andréa est un personnage emblématique de Dix pour cent »

Rencontre avec Fanny Herrero, showrunner de Dix pour cent, série française sur le milieu du cinéma dont la saison 2 aligne des guests VIP – de Julien Doré à Fabrice Luchini, en passant par Isabelle Adjani.

Dix pour cent ©Prod

Il était l’agent le plus célèbre de France. Le seul agent célèbre. Métier qu’il a abandonné pour se consacrer à la production. Quand Dominique Besnehard a mis une série en chantier, il s’est logiquement servi de son copieux carnet d’adresses et de son expérience riche en anecdotes. La présence de stars (Cécile de France, Nathalie Baye, Julie Gayet en saison 1; Virgine Efira, Isabelle Adjani, Fabrice Luchini, Juliette Binoche et bien d’autres en saison 2) a bien aidé la communication autour de Dix pour cent (soit la part que prennent les agents sur les cachets des acteurs). Chaque invité joue sous son propre nom un personnage qui n’est pas lui, même s’il contient des éléments biographiques. Mais les vraies stars de la série, ce sont les agents. En particulier Andréa Martel, incarnée par une merveilleuse Camille Cottin, ex-Connasse de Canal +. 

Souvent, dans les séries de groupe, il y a malgré tout un personnage principal. Dans Dix pour cent, il s’agit d’Andréa… 

Fanny Herrero – Au départ, il y avait cette volonté de faire une série chorale. Mais Andréa est effectivement un personnage emblématique. Cela tient au rôle tel qu’il est écrit – une femme forte et moderne qui, en plus d’être homosexuelle, est très libre – et à la rencontre avec Camille Cottin qui lui a donné énormément de fougue et de charme. 

Partir d’anecdotes réelles, est-ce un avantage ou une contrainte ? 

C’est plutôt une force car on peut toujours prendre appui sur une part de réel. C’est un savant mélange, parfois on part du réel qu’on “fictionne”, parfois on y revient pour renforcer et cimenter ce qu’on invente, pour ne pas s’éloigner trop de ce qui est crédible et possible. Je discute avec Dominique Besnehard qui me raconte des choses, on imagine des situations qu’on confronte à d’autres acteurs ou agents pour voir si ça trouve un écho chez eux. L’un et l’autre se nourrissent, c’est un aller-retour permanent.

Pour découvrir la suite de l’interview, rendez-vous en librairie ou sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.


BA – DIX POUR CENT par france2

Sur le même sujet
Plus d'actualité