Reflet de l’Europe

Un documentaire qui décrypte avec pertinence les enjeux de l’Eurovision.

05c330140f52b345a9af7cad0ef69b21

Pas sûr que les grands pontes de l’Union européenne de radio-télévision (UER) – l’organisme qui chapeaute l’Eurovision – apprécient vraiment la démonstration. Eux qui n’ont de cesse de souligner que la compétition doit rester un événement apolitique. Mais les faits sont là. Et ils sont parfaitement bien développés dans Eurovisions, ce documentaire de Claire Laborey qui sera également diffusé sur Arte dans dix jours. 

Au moment où la Russie est en mesure de se victimiser après son retrait de la 62e édition qui se tiendra à Kiev entre le 9 et le 13 mai (sa chanteuse est interdite de séjour en Ukraine après s’être produite en Crimée, cette péninsule annexée par les Russes début 2014), la réalisatrice met en évidence que la joute annuelle a toujours été instrumentalisée par les nations et que nombre de tensions se sont reportées sur le rendez-vous. Tout en rappelant son histoire (il avait été créé une décennie après la Seconde Guerre mondiale pour réunir les peuples), cet inédit n’en oublie pas pour autant de pointer ce qui fait l’essence même du concours aujourd’hui. Des influences musicales suédoises et anglophones actuelles jusqu’à ce mode de vie embrassé par certains aficionados, en passant par son importance dans la communauté LGBT.

À noter que ce programme sera précédé sur La Une par L’Eurovision avec talents! Une émission où des tubes emblématiques seront repris par les candidats de The Voice, et qui aura pour invités d’anciens représentants belges (Sandra Kim, Tom Dice, Axel Hirsoux), mais aussi Johnny Logan qui avait remporté le pompon à trois reprises pour l’Irlande, dont une fois en tant qu’auteur.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité