Maître de la toile

La vie de Jean Renoir est un roman. Fils du peintre Auguste Renoir, il est devenu successivement l’un des plus grands réalisateurs français de tous les temps, et réalisateur et écrivain hollywoodien.

reporters_13488003

Né quasiment à l’apparition du cinéma, Jean Renoir en est devenu l’un des plus illustres représentants. C’est en effet à un réalisateur de légende qu’Arte consacre un cycle cette semaine, auteur entre autres de La grande illusion, drame de guerre pacifiste (blessé durant la Première Guerre mondiale, Renoir en revient farouchement antimilitariste) considéré comme l’un des dix meilleurs films de tous les temps.

Étrange personnage dont la rondeur bonhomme dissimule une certaine noirceur, Jean est né dans un milieu très aisé mais a parsemé ses films de critiques violemment antibourgeoises, jusqu’à devenir un fer de lance du Front Populaire avec Le crime de Monsieur Lange (où le meurtrier de l’odieux patron est acquitté). Écrasé par la figure tutélaire de son père, il va pourtant se référer au grand peintre à de nombreuses reprises, comme dans l’inachevé et superbe hymne à la femme qu’il déifie – c’est pour Catherine, modèle de son père qu’il fera du cinéma -, Une partie de campagne. Issu de la grande bourgeoisie, il va en dessiner le crépuscule dans son monument incompris, La règle du jeu, drame gai qui illustre la disparition d’une classe avec une finesse et une intelligence très en avance sur son temps. 

Choyant ses acteurs et adulé par eux, même si Gabin ne lui pardonnera jamais d’avoir acquis la nationalité américaine, Renoir cache derrière sa courtoisie d’étonnantes contradictions: homme de cœur pacifiste et tolérant, il accepte en 1940 d’être l’invité de l’Italie fasciste. Mais ainsi était-il: proprement insaisissable. Pourtant, malgré son amour fou de la liberté et sa façon de suivre son instinct avant tout jusqu’à changer d’opinion comme de chemise, Renoir n’a pas pu échapper à son destin d’artiste (raconté dans le documentaire, nourri d’archives télé émouvantes et d’interventions essentielles de son biographe Pascal Mérigeau, qui suit dimanche son vertigineux French cancan): ce fils d’un des peintres les plus admirés est en effet devenu presque naturellement un maître de la toile de cinéma

Sur le même sujet
Plus d'actualité