Top Chef: fin du menu 3 étoiles

La traditionnelle finale spectaculaire clôt cette 8ème saison de Top Chef un peu morne… n’étaient les candidats belges!

top2_rtl

La finale, avec son grand raout et son menu sous stress, n’est pas nécessairement notre étape préférée du concours. Par son côté très codifié, il s’en dégage une impression de ”déjà vu” à laquelle d’autres moments du concours ont échappé, notamment par la grâce de ce concept des brigades qui, opposant les chefs, a redonné un petit coup de fouet à la mayonnaise. D’ailleurs, petit scoop, la fameuse émission ”Le choc des champions” qui suit la finale et oppose traditionnellement le gagnant de l’année au tenant du titre sera, pour cette édition, ”Le choc des brigades” qui opposera Michel Sarran, Philippe Etchebest et Hélène Darroze.

Symptomatique, d’ailleurs, d’une cession où les stars sont définitivement les jurés, de moins en moins jurés et de plus en plus coach, les candidats étant noyés dans la masse des cuistots qui ont défilé dans les cuisines. A force, c’est vrai, on s’y perd, on les oublie, à part les enfants du pays, ce Maximilien que l’on a adoré détester et ce très talentueux Julien dont on espère très vite goûter les créations pour de vrai. Force est toutefois de constater qu’au fil des ans, l’on a perdu un peu de cette fièvre, de l’ivresse de la découverte. Top Chef s’est installé dans nos habitudes, on en connaît les rituels, les temps forts, les poids morts et on pronostique sans trop de surprise le candidat sacré ce soir. Pourtant en France comme en Belgique les audiences ont été tout à fait honorables: l’émission a une moyenne au-dessus de 30 % de parts de marché et s’est même offert le luxe de battre (à plates coutures) The Voice Belgique le seul lundi où ces deux programmes phares se sont affrontés en frontale. Mais il va falloir revisiter la recette pour la saison 9, car l’émotion a fait place à la routine. Et qu’entretemps, on a découvert Chef’s Table sur Netflix.

Sur le même sujet
Plus d'actualité