Clichés assumés

Scream Queens n’a rien à envier aux films d’horreur pour ados qu’il caricature…

512514

C’est à se demander si ces deux-là ne tournent pas en rond. Après nous avoir servi les aventures d’adolescents boutonneux dans Glee et nous avoir effrayés avec American Horror Story, les scénaristes Brad Falchuk et Ryan Murphy ont fait le choix pour leur dernière création télévisuelle (également développée avec Ian Brennan, géniteur de Glee) de mélanger ces deux précédents univers pour offrir au téléspectateur un feuilleton qui – à l’évidence – rend hommage à Scream, ce long métrage de 1996 réalisé par Kevin Williamson. Pour y parvenir, ils nous content l’histoire d’une sororité dont le quotidien s’apprête à être bouleversé.

Alors que la doyenne de l’université Cathy Munsch (la sublime Jamie Lee Curtis) décide de mettre un coup d’arrêt aux mesquineries de Chanel Oberlin (Emma Roberts) – la redoutable peste qui dirige Kappa Kappa Tau, une maison où ne vivent que des étudiantes -, un tueur en série grimé en diable rouge se fait connaître en assassinant ses premières victimes… En clouant au pilori ces établissements typiquement américains, les deux auteurs s’en donnent à cœur joie en se réappropriant les codes des “slashers”, comme on dit. Baigné d’humour noir et de scènes qui en feront frémir plus d’un, Scream Queens manie les clichés avec ingéniosité, mais peine à trouver un ton qui lui serait propre en raison des nombreux clins d’œil parsemés ici et là. Pensée comme une anthologie – comprenez que chaque saison s’articule autour d’intrigues et de personnages différents -, la comédie horrifique pourrait être annulée outre-Atlantique, après une seconde année se déroulant cette fois-ci dans un hôpital.

Sur le même sujet
Plus d'actualité