Sa science vocale

Après la diffusion de Nos plus belles années, classique seventies, on regardera ce portrait - Barbra Streisand. Naissance d’une diva - qui s’arrête pourtant en chemin… 

barbrastreisandnaissancedu-2

Ce que l’on peut reprocher au docu de Nicolas Maupied, pourtant récemment bouclé, c’est de s’arrêter en cours de route, laissant en plan trente ans d’une histoire qui est loin d’être finie. Si l’on considère que la carrière de Barbra Streisand s’arrête en 1983 avec la sortie de Yentl – ce qui est le cas de ce film – on doit vite redemander un petit rab de budget pour tourner une deuxième partie… 

À part ça, Barbra Streisand. Naissance d’une diva fait proprement le tour de la bio d’une artiste dont le parcours raconte essentiellement un récit de la mythologie du show-business américain. L’itinéraire d’une élue qui ne correspond en rien aux normes et aux canons de beauté de l’industrie du divertissement de la fin des années 50, mais qui va se déployer en phénix du music-hall et des affaires. 

Mise en lumière par Camille Paglia, célèbre féministe, cette manière de prendre le contrôle de son destin dans un univers réputé machiste est l’angle le plus intéressant du documentaire. Pour Paglia, qui dit avoir été autant influencée par Simone de Beauvoir que par Barbra Streisand, la chanteuse impose ses règles, multipliant les aventures avec des hommes qu’elle impressionne et les projets dont elle cadenasse chaque étape. 

Pionnière dans le business, elle annonce Madonna, Beyoncé et Lady Gaga et regarde les destins tragiques de ses aînées – Billie Holiday, Judy Garland – en prenant soin de ne pas reproduire leur soumission au système sexiste. Mais ce que l’on ne reproche pas un homme, on le reproche à Streisand qui, parce qu’elle a une totale mainmise sur son travail, passe pour une femme autoritaire ou capricieuse. En extase devant son sujet, Nicolas Maupied livre un portrait tout à la grâce de Streisand – élevée au rang d’icône -, Camille Paglia évoquant le rapport de religiosité qu’elle entretient avec son public. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité