La loi de la plus forte

Victoria Abril joue “l’avocate” du Diable dans La loi de Gloria, un sympathique téléfilm judiciaire.

214d5f591e2298308734d62773e55d67

La réputation de Maître Gloria Mendoza (Victoria Abril) la précède. Celle que l’on surnomme “l’avocate du Diable” a bâti sa carrière sur la défense des pires malfrats de France – les pontes du Milieu et les coupables de crimes de sang. La défaite aux assises, Maître Mendoza ne connaît pas. Les critiques pour manque de déontologie, par contre… Au terme d’une carrière lucrative, l’ancienne juriste profite d’une retraite bien méritée au bord de sa piscine lorsqu’un drame vient bouleverser sa vie. Sa fille Salomé perd la vie dans un accident. Mais ce décès est-il un fait du hasard? Fidèle successeuse de sa mère, Salomé était avocate et défendait un marginal accusé d’un meurtre particulièrement sordide… Gloria, persuadée que la fin tragique de son enfant est liée à ce dossier, décide de reprendre du service…

Les “loi de” comblent visiblement France 3, qui multiplie les productions de la franchise à un rythme effréné. Avec, toujours, un choix d’acteurs solides (Josiane Balasko, Gérard Jugnot, Daniel Prévost ou encore Richard Anconina se sont notamment prêtés à l’exercice) pour porter le programme. Cette fois, c’est Victoria Abril – incontournable du petit écran français depuis Clem – qui endosse la robe d’avocate. L’actrice, très en forme, apporte son jeu coloré et sa vitalité à une franchise qui, jusque-là, n’en avait pas forcément fait du dynamisme une marque de fabrique. La ”version Gloria”, tournée à Angoulême fin 2016, a donc un petit accent particulier qui lui donne un charme différent des volets précédents. Le scénario, lui, reste fidèle aux anciennes éditions : même si certains rebondissements sont assez attendus, il offre une intrigue solide. A voir pour les amateurs du genre !  

Sur le même sujet
Plus d'actualité