On t’a (un peu mieux) compris!

Pourquoi qualifier le général de Gaulle de dernier roi de France? Pour sa grandeur? Pour sa personnalité forte? Retour sur un mythe, une vision du pouvoir, une époque.

lasolitudedupouvoir

Dans la note d’intention de son film, le réalisateur Patrick Rotman résume: ”Le Général de Gaulle est une montagne qu’on escalade par différents côtés. Il y a un personnage public avec son verbe, sa gestuelle, sa personnalité. Il s’exprime dans de grands discours soigneusement écrits. […]. Il y a le personnage privé, souvent abattu, cyclothymique”. C’est sous cet angle que l’on va découvrir l’homme d’État et l’homme. La matière du travail est d’ailleurs constituée d’images d’archives, qui mêlent significativement reportages officiels et prises de vues d’amateurs, inédites, qui nous montrent le héros national en visite un peu partout en France. L’histoire se mélange aux anecdotes. Premier bon point du programme.

Un autre tient à la période choisie: les onze années (1958-1969) de la présidence de la Ve République. On oublie donc le terrain connu, l’Appel du 18 juin, Londres, Churchill, Paris libéré, pour se consacrer à la politique, à cette ”certaine vision de la France”, aux fondements de ce gaullisme qui marque encore de son empreinte jusqu’aux élections de 2017. On y voit une ”certaine idée de la France” conduire au nucléaire, à la réconciliation franco-allemande, au volontarisme économique… On y voit, aussi, le gouvernement de papa aux prises avec la pilule, la minijupe, les yéyés (qui assurent la bande-son) et Mai 68. La révolution des mentalités signera la fin de ce que, oui, l’on peut qualifier de règne.  

Sur le même sujet
Plus d'actualité