Le film du jour: Fritz Bauer, un héros allemand

Allemagne, année zéro

1325921

Les anciens nazis ont longtemps pu mener une vie tranquille, avant que la ténacité de quelques Allemands épris de justice ne vienne remuer un passé très encombrant.

Si le thème de la Seconde Guerre mondiale a généré une quantité impressionnante de longs-métrages, les lendemains de ce terrible conflit chez son principal initiateur, l’Allemagne, ont été beaucoup moins mis en lumière. Pourtant, pendant de nombreuses années, les anciens nazis ont pu se fondre dans les rouages de l’État et y reprendre une vie normale, comme si de rien n’était, dans un souci de pacification et afin de tourner une page noire de l’Histoire du pays. Parallèlement, la nouvelle génération, totalement étrangère aux atrocités du régime hitlérien, servait de victime expiatoire pour les fautes commises par ceux ayant soutenu fanatiquement la politique destructrice du führer.

Ces dernières années, plusieurs excellentes (co)productions d’Outre-Rhin ont débarqué sur les écrans pour décortiquer ces phénomènes; preuve, sans doute, que le temps ayant fait son œuvre, il est désormais possible d’analyser les faits avec un recul permettant davantage d’objectivité. Ainsi, Le labyrinthe du silence, en 2014, évoquait le combat d’une poignée de procureurs bien déterminés à traîner devant les tribunaux d’anciens tortionnaires du Reich. Ce film peut s’inscrire dans la continuité chronologique de Fritz Bauer, un héros allemand. L’homme, lui aussi procureur, contribua à la capture d’Adolf Eichmann, alors exilé en Argentine, et remua, par son obstination, un système politique et judiciaire qui préférait oublier certaines compromissions très gênantes. Grâce à ces hommes courageux, l’indispensable examen de conscience pouvait enfin commencer. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité