”Les détenus lisent pour s’évader”

Livrés à domicile emmène des auteurs, Philippe Geluck et Nan Aurousseau derrière les barreaux, à la rencontre de lecteurs en prison. Thierry Bellefroid garde de ce tournage des émotions fortes.

06587fe912b1d700aaee1aad996898d7

Comment est venue l’idée de tourner en prison?

Thierry Bellefroid – Nous avons rencontré un lecteur, pressenti pour recevoir l’émission. Il était directeur de prison… On s’est dit que ce serait plus intéressant d’être dans la prison que dans sa bibliothèque!

Quels étaient vos critères de recrutement des détenus?

On ne s’est pas basés sur leurs dossiers. D’ailleurs on n’y a pas eu accès. Notre volonté était de parler de lecteurs, de réinsertion. Nous avons rencontré un amateur de BD, en fin de peine et un autre détenu, là pour plus longtemps, plus attiré par le développement personnel et la philosophie.

Quelle a été la réaction des auteurs qui ont participé?

Philippe Geluck a dit oui dans la seconde! Sa présence a permis une rencontre pleine d’émotion. Pour le lecteur, c’était la visite du siècle! Nan Aurousseau a lui-même vécu la prison et en a parlé dans ses livres. Avec le lecteur, il y a eu une vraie discussion, parfois difficile car un détenu a tellement peu d’occasions de parler qu’il a parfois du mal à s’exprimer. Nan lui a dit: ”Tu as une chance dans ton malheur, du temps devant toi. Fais-en un capital”. C’était fort.

Qu’est-ce qui vous a frappé dans cette expérience?

Tout! Chacun devrait y aller, pour se rendre compte concrètement de ce que c’est. C’était d’autant plus fort à cause de l’angle qu’on a pris, la défense de l’accès à la culture, qui est un droit, même en prison!

Que lisent les détenus?

De la poésie. C’est ce qui part en premier dans la bibliothèque! Parce qu’ils recherchent des belles phrases pour écrire leurs lettres. Ensuite, il y a les livres pour s’évader. S’évader dans sa tête, pas préparer un projet d’évasion! Les détenus sont rétifs aux livres concernant le milieu carcéral mais apprécient les biographies de célèbres criminels comme Mesrine… Et les polars et les BD. Enfin, il y a pas mal de philo et de psycho. 

Si vous, vous étiez enfermé, quel livre emporteriez-vous?

Aucun. Je me donnerais pour exercice de commencer la bibliothèque à A et d’aller jusqu’à Z. Je saisirais cette occasion pour découvrir.

Sur le même sujet
Plus d'actualité