Complément d’enquête: les médias menteurs

Le press bashing a le vent en poupe et ça marche: la confiance du public envers les médias est à son niveau le plus bas.

kiosque

Dans la foulée de la venue de François Fillon – s’il est toujours candidat au moment où vous lisez ces lignes -, Complément d’enquête propose avec espièglerie un sujet fort dans l’air du temps: la crédibilité des médias. Cible hyper-tendance d’une partie de la classe politique, les journalistes vivent des temps bien compliqués. À force de se faire traiter de fake news à tout bout de champ, la presse voit sa cote de popularité plonger de façon inversement proportionnelle à celle de l’homme politique qui l’attaque.

Curieux mais efficace mécanisme. D’après l’enquête annuelle commandée par le quotidien français La Croix, la confiance des citoyens envers les médias est, cette année encore, en recul, confirmant la tendance de fond observée depuis plusieurs années. Tous les canaux sont concernés par la baisse et seule la radio parvient à être jugée fiable par plus de la moitié des sondés. Ce qui est plus surprenant, c’est que les audiences médiatiques ne suivent pas la même tendance. Même la presse écrite, pourtant en grande difficulté, parvient à stabiliser ses ventes face à la concurrence du numérique qui devient une source d’information populaire bien que jugée moins fiable que les canaux traditionnels. Cette défiance envers le monde médiatique a une conséquence directe sur la jeune génération qui, comme l’ensemble de la population, déclare suivre de moins en moins l’actualité. La proportion de gens qui s’y intéressent est à son niveau le plus bas depuis 30 ans alors même que se présente l’élection présidentielle…

Sur le même sujet
Plus d'actualité