La poésie, c’est la vie

Durant 13 jours, la France célèbre le Printemps des poètes. Ce qui nous vaut 7 minutes de bonheur quotidien. 

ensortantdelecole-paulelua-6

Apollinaire écrivait ”Il est grand temps de rallumer les étoiles”. Oui, il est temps, tellement! Justement, une petite étincelle en fera scintiller sous et dans nos yeux ce 11 mars à 11h15, devant le premier court métrage de la série En sortant de l’école, consacrée à Paul Éluard. Revenons sur le principe: 13 jeunes espoirs de l’animation, sortis de toutes les écoles de France, se sont vu confier un poème, avec pour mission de l’illustrer. Sept jeunes prodiges du Conservatoire se chargent, eux, de la mise en musique. Pour dire les vers et faire chanter les mots, la production fait appel à des voix éprouvées, ici Denis Podalydès et Isabelle Carré. On avait adoré (et on vous conseille de revoir) les précédentes éditions, consacrées à Prévert, Desnos et Apollinaire. Cette année, cadeau, c’est le poète résistant de Liberté, le surréaliste amoureux qui illumine nos matinées. Oui, les nôtres! Comme souvent avec l’animation, on se dit, la télé se dit ”C’est pour les enfants”. Ou, pire, ”C’est pour les petits”. Erreur. C’est bon pour tous (parce que nous sommes tous des enfants, na!). Ces courts métrages sont des petites bulles de plaisir gratuit, des instants précieux, qui résonnent à tous les âges. D’accord, ils sont de facture inégale, les partis pris esthétiques tranchés des jeunes dessinateurs ne répondront pas toujours à nos envies ou remueront nos habitudes artistiques. On ne voyait pas la sérénité du Poisson comme ça. Le Chat est gribouillé (mais rigolo). L’amoureuse éclate de couleurs. On est surpris, parfois choqué, souvent envoûté. Quel bonheur de plonger dans l’inconnu pour trouver du nouveau! Quel plaisir de se réveiller les méninges à la poésie, au mot mystère, au sens caché, à la beauté si simple de l’art d’Éluard. D’entendre l’amour, la joie, la résistance, la résilience. De retrouver ces textes libérés des bancs de l’école, entre générations, parents, enfants, amoureux, amants. De réaliser combien c’est vrai, que ”la courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur”

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité