Spotlight: état des lieux du journalisme d’investigation

Ce soir, Be 1 diffuse une enquête passionnante sur une Église prise dans le scandale de la pédophilie.

Spotlight ©Doc

Depuis toujours, le journalisme et le cinéma entretiennent des rapports d’amis/ennemis intimes. Dans les années 30, la Warner développe un style narratif proche du reportage. Le stéréotype maintes fois imité du reporter cynique, fabulateur, farouchement indépendant, mais dévoué corps et âme à son métier, s’élabore dans The Front Page de Wilder, qui dénoncera plus tard les mœurs du journalisme dans le très acide Gouffre aux chimères, avec Kirk Douglas. Mais Füller, qui en connaît un rayon (il a lui-même été journaliste dès l’âge de 16 ans!) va casser net l’image du journaliste héroïque, avec son reporter du formidable Shock Corridor (1967) sombrant lui-même dans la folie au cours d’une enquête sur les asiles psychiatriques.

Les hommes du président

Par après, durant la post-guerre froide, la presse se tient à carreau. Pire, se montre d’un civisme presque extravagant à l’égard d’un pouvoir fort. Jusqu’au moment où Carl Bernstein et Bob Woodward du Washington Post font tomber Nixon avec le scandale du Watergate. L’histoire deviendra un film engagé de Pakula, Les hommes du président, avec les remarquables Dustin Hoffman et Robert Redford dans le rôle des deux lanceurs d’alerte. Sans doute Pakula ignorait-il que son film, qui remettait à l’honneur, avec un réalisme et une précision admirable, la vision la plus exigeante d’un journalisme en quête de vérité, serait aussi essentiel 40 ans plus tard.

Classique rigoureux et archi-documenté

Car à l’heure où les journalistes sont désignés comme les boucs émissaires d’un monde qui bascule, Spotlight, qui conte l’enquête complexe et minutieuse des journalistes du Boston Globe dans un clergé local soupçonné d’organiser un vaste réseau de pédophilie, s’inscrit tout à fait dans le courant de contre-culture des Hommes du président. Et suit au plus près la devise de Bernstein: “Un bon reportage est la meilleure version qu’on puisse obtenir de la vérité”. Pas d’héroïsme personnalisé ici. Classique, rigoureux et archi-documenté, le film réussit parfaitement son double programme: créer un thriller palpitant en nous collant à la semelle de ses enquêteurs de terrain incarnés par une troupe de comédiens inspirés, et nous donner la meilleure version de la vérité d’une presse indépendante qui fait son travail.

Sur le même sujet
Plus d'actualité