Nuits blanches

La série médicale mise sur le renouveau dans une saison éprouvante pour ses héros.

nightshift_doc

Énième série du genre, la fiction médicale The Night Shift a le mérite d’exploiter un créneau différent: elle se penche sur des personnages marqués par la guerre. Moins populaire que Grey’s Anatomy, le feuilleton propose des héros profonds et un fil rouge cohérent, moins rose bonbon que celui de sa “grande sœur”.

Mieux, en ce début de troisième saison, The Night Shift se permet des changements conséquents dans le casting et l’évolution des personnages. Pas forcément pour donner au public ce qu’il souhaite mais simplement parce que c’est le bon choix scénaristique. L’équipe du San Antonio Medical Center perd le Krista Bell-Hart (Jeananne Goossen) et Michael Ragosa (Freddy Rodriguez) mais se renforce avec l’arrivée de Shannon Rivera (Tanaya Beatty) tandis que Scott Clemmens (Scott Wolf) passe de personnage récurrent à principal. Pour bousculer les équilibres (et les spectateurs), la saison démarre avec un autre constat: Jordan (Jill Flint) et TC ont rompu. Encore. La fausse couche de Jordan a eu raison de leur fragile équilibre. Les deux vont donc évoluer romantiquement de manière séparée, cette année. Même si, évidemment, personne ne fait une croix sur rien.

Autre nouveauté, les personnages vont faire des allers-retours réguliers entre les USA et les zones de combats. Parce qu’il est logique que d’anciens combattants désirent prêter main-forte à leurs anciens frères d’armes. Mais aussi et surtout parce que cela permet aux scénaristes de mettre les personnages en danger sans fomenter un accident de ferry suivi d’un crash d’avion et d’un carambolage de voitures. Bref, les fans de The Night Shift vont être bousculés cette année. Et ce n’est pas plus mal…

Sur le même sujet
Plus d'actualité