Un jour, un destin: Jean-Louis Trintignant

Un héros très discret

reporters_22901020

”Insaisissable”, ”ambigu”, ”complexe”, ”secret”… Devant le joli minois d’un jeune Trintignant aux allures de gendre idéal, d’aucuns imaginaient mal sans doute les belles aspérités de l’acteur, à qui l’image de héros romantique colla longtemps à la peau. Mais d’autres surent repérer cette ”fêlure interne” qui le distinguait déjà de Delon ou de Belmondo. Suivant sa trame habituelle, Un jour, un destin tire quelques fils de la vie de cet homme solitaire et taiseux au travers d’archives et du témoignage de ses proches. On regrettera sans s’en étonner l’absence du comédien lui-même, mais au moins reste-t-il l’émotion des images. Celles d’un Trintignant qui aimait prendre des risques, d’un grand amoureux des mots, d’un père d’une tendresse infinie, qui a su transcender les drames de sa vie et devenir un grand sage. Plus touchant que jamais dans son invitation à essayer, comme Prévert le suggérait, ”d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple”. Magnifique exemple.

Sur le même sujet
Plus d'actualité