Claudia Cardinale, l’arte della commedia

C’est un monstre sacré qui embarque ce soir dans le taxi de Jérôme Colin: Claudia Cardinale. L’inoubliable Angelica de Visconti, la merveilleuse Mayrig d’Henri Verneuil, une actrice d’exception, femme d’hier et d’aujourd’hui. 

belgaimage-97029071-full

Fin novembre, l’équipe de Jérôme Colin avait quitté la capitale pour arpenter les boulevards de Charleroi, ”nouvelle Berlin”, que le public avait découverte loin des clichés, dans sa vivacité culturelle et moderne. Dans la foulée, ils ont embarqué la plus classe des autostoppeuses. La star était en effet en visite au Bois du Cazier, dans le cadre des commémorations des 70 ans de limmigration italienne. Elle y présentait Signora Enrica, film tourné entre l’Italie et la Turquie, parlant de rencontre et de vivre ensemble.

Autant de sujets qui ne manqueront pas de susciter les confidences de cette voyageuse de naissance, qui a grandi dans la Petite Sicile de Tunis, parlant exclusivement patois à la maison et français à l’école et arrivée en Italie et dans le cinéma par hasard. Conduire la mythique héroïne de Leone, Fellini et Visconti, c’est du miel pour notre animateur, boulimique de culture et cinéphile averti. C’est aussi un régal pour nous, téléspectateurs, que de se laisser bercer par ses jolis souvenirs, envoûter par sa voix rauque, inimitable, intacte, charmer par ce sourire gigantesque, puis, aussi, réveiller par le regard humain et lucide de cette grande dame de 78 ans, toujours engagée, passionnée, volubile, lucide et vive. Ce soir, Jérôme Colin confirme, une fois de plus, son art consommé de la maïeutique et son talent pour les questions pertinentes, qui emmènent ses passagers loin des sentiers battus. Sans aucun doute l’un des plus jolis rendez-vous de cette semaine télé.  

Sur le même sujet
Plus d'actualité