Arte: un Thema qui mêle espoir et voyage en enfer

Ce 26 janvier, se célèbre la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. En avance, la chaîne franco-allemande remplit son devoir de mémoire.

themasauverauschwitz2_arte

“À moins que le monde ne tire des leçons de ces images, la nuit tombera”. Cette phrase du producteur Sidney Bernstein apparaît dans Images de la libération des camps, chronique d’un film inachevé d’André Singer. Ce reportage, temps fort de la soirée (à 23h30), déjà diffusé par Arte, est un ”film sur le film”. Il nous montre, enfin, les images tournées dans 12 camps d’extermination, par l’armée britannique en 1945. À l’époque, Alfred Hitchcock avait monté ces visions insoutenables de charniers à ciel ouvert, juxtaposées aux paisibles villages voisins. Il en avait dit en 1970: ”C’était encore plus atroce que le pire des films d’horreur”. Pourtant, à la fin de la guerre, le projet fut enterré dans les archives de la BBC. Parce que le gouvernement redoutait une mobilisation de l’opinion en faveur des Juifs en Palestine. Parce qu’on craignait que la colère irrépressible qu’il engendrerait nuise à la nécessaire réconciliation des peuples. Aujourd’hui, il est fondamental de les montrer, de les voir, ces films d’amateurs, parce qu’ils résonnent comme autant de mises en garde face à la haine qui monte. André Singer les a accompagnés de commentaires d’historiens, de témoignages de rescapés et de soldats anglais et de la voix d’Helena Bonham-Carter.

Le célèbre couple de chasseurs de nazis

À côté de cette plongée dans l’atroce, la soirée nous montre, aussi, qu’on peut réagir face à la terreur. Réagir comme ces gens ordinaires, auxquels Sauvé par les Justes rend hommage à 21h45. Les Justes, ce sont ces citoyens qui durant la guerre ont risqué leur existence, de façon désintéressée, pour sauver une vie, pour sauver l’humanité. La lutte contre l’oubli, c’est aussi la nécessaire et fragile préservation des lieux de mémoire, que l’on découvre dans Sauver Auschwitz (à 22h40). Puis c’est, enfin, le refus de l’impunité des crimes. Rien ne sera pardonné tant que justice ne sera pas faite. Mais comment? À 20h50, on abordera la manière ”douce” ou au moins légale avec Beate et Serge Klarsfeld: le combat d’une vie, qui nous parle du célèbre couple de chasseurs de nazis, qui ont consacré leur existence à la traque des criminels contre l’humanité. À 0h50, Mosche, victime et meurtrier, nous présente un homme qui a traqué et tué les monstres qui ont assassiné sa famille. Une drôle de façon, peut-être, d’achever la soirée. Ou une façon de nous rappeler qu’il faut dépasser la rage et la pulsion de vengeance pour trouver dans le passé la force de construire un avenir meilleur. Dès à présent.

Sur le même sujet
Plus d'actualité