Légitime défense?

Couronné au festival de La Rochelle, un téléfilm sobre et délicat questionnant le droit à l’autodéfense.

tuerhomme1_arte

Matteo et Christine Belmonte tiennent une petite bijouterie dans une ville du sud de la France. Le couple est heureux, l’affaire tourne bien – si ce n’est deux cambriolages à déplorer. Jusqu’au jour où un jeune homme débarque dans le magasin et pointe son arme vers la commerçante. C’est la fois de trop, Christine refuse de céder les bijoux réclamés. Le ton monte, Matteo se saisit d’un revolver et tire. Touché, le voleur s’enfuit en scooter avant de décéder quelques rues plus loin. Celui qui se croyait victime devient alors un coupable potentiel: Matteo a-t-il, comme il l’affirme, agi en état de légitime défense? Ou la tentation de se venger a-t-elle gagné le bijoutier?

Alors que l’équilibre de la famille Belmonte commence à se craqueler, la ville se divise entre les partisans du droit à l’autodéfense et ceux qui dénoncent un acte criminel potentiellement raciste – le cambrioleur était Noir. S’appuyant sur plusieurs faits divers (on songe notamment à l’affaire du bijoutier de Nice en 2013), les scénaristes Pierre Chosson et Olivier Gorce interrogent subtilement une situation délicate qu’ils s’appliquent à ne pas juger. Matteo Belmonte, que Frédéric Pierrot interprète avec une grande finesse, reste un individu lambda sympathique, dépassé par son geste et désarçonné par les tentatives de récupération politique de ceux qui le soutiennent, arguant que “ça vient toujours des mêmes” et fustigeant l’inertie des autorités face à une insécurité grandissante.

Réalisé avec une belle sobriété par Isabelle Czajka (La vie domestique), Tuer un homme (meilleur téléfilm au dernier festival de La Rochelle) échappe à l’écueil de la moralisation pour questionner avec humanité une problématique sociétale rarement traitée, gangrenée par l’idéologie sécuritaire. Et s’attache à décrire, au-delà de l’acte lui-même, son douloureux retentissement au sein d’une famille.

Sur le même sujet
Plus d'actualité