Ozon ose

Il n’est pas con, mais – la faute à son patronyme? – François Ozon ose tout depuis ses débuts (son ovni Sitcom sur la cellule familiale éclatée).

jeunejolie5_doc

Seulement ce jour-là, devant le journaliste du Hollywood Reporter, il ne se rend absolument pas compte de la polémique qu’il va susciter à Cannes. Il y présente son fragile et délicat Jeune & jolie, qui décrit la vie d’une adolescente qui se cherche, en se vendant à des messieurs beaucoup plus âgés qu’elle. Comble du comble, elle n’a pas de raison de se livrer à cette sulfureuse activité: fille de bonne famille, elle ne manque de rien. Apparemment.

Loin de se poser du côté de la morale qui ne l’intéresse pas, le cinéaste interroge l’expérience adolescente, jusque dans ses pulsions inavouables, mais comme passage fondateur. Dans une tentative d’explication du personnage de la jolie adolescente incarnée par la troublante Marina Vacth, Ozon lâche à son interlocuteur: “Comme bon nombre de femmes, elle a le fantasme de la prostitution”. Cannes a son buzz. Christine Boutin monte au créneau et en accord pour une fois avec les Femen, traite le cinéaste dans un tweet incendiaire de “Pitoyable macho”. Les propos “scandaleux” d’Ozon sont même repris au conseil des ministres dans la bouche de Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes!

C’est évidemment méconnaître l’homme et son cinéma que de lui faire ce procès d’intention. Son portrait de la sexualité adolescente, dénué du moindre jugement, porte sur cette femme en devenir un regard d’une infinie tendresse. Le cinéaste n’a d’ailleurs eu de cesse à travers ses films de questionner sa part de féminité, comme dans Une nouvelle amie, diffusé également ce soir sur la Une, où le très érotique Romain Duris se mue en un hymne transformiste, culotté et généreux à toutes les femmes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité