Prends garde à toi

Après le Moulin-Rouge, c’est l’Opéra Garnier qui prête ses murs pour un nouveau thriller dans le Paris du XIXe.

mysterealopera-2

Avec Mystère au Moulin-Rouge (rediffusé la semaine dernière), France 2 s’essayait en 2011 au thriller historique conjugué au féminin. Bonne pioche: le public est séduit et la chaîne décide de lancer une collection dans la même veine. Deux nouveaux épisodes sont en boîte, scénarisés par le même tandem formé par Elsa Marpeau (Capitaine Marleau) et Mathieu Missoffe, mais réalisés cette fois par Léa Fazer. L’on y retrouve tous les ingrédients qui firent le succès du premier opus: un lieu mythique du Paris du XIXe siècle en guide de scène de crime, une héroïne jeune et innocente amenée à jouer les détectives et découvrant, par le truchement de son enquête, le chemin d’une transformation personnelle. Ce soir, c’est donc à l’Opéra Garnier que nous sommes conviés, dans les pas de Faustine, talentueuse soprano en pleine répétition à quelques jours de la première de Carmen.

Pour la jeune femme, l’enjeu est double: convaincre le public, mais aussi sa mère, célèbre cantatrice de l’Opéra et tête d’affiche du spectacle, pas franchement ravie de partager les planches avec sa fille. L’angoisse se mêle bientôt au trac lorsqu’une ouvreuse est retrouvée assassinée dans une loge et que le fiancé de Faustine, un machiniste au passé trouble, est accusé du crime. Telle une ruche perturbée par un intrus, l’Opéra de Paris se donne à voir dans toute son effervescence, assurant par la double intrigue qu’il abrite – l’enquête et la première à venir – un rythme agréablement enlevé en sus d’un décor de choix. L’opposition entre Faustine et sa mère (Pauline Cheviller et Mathilda May, convaincantes) souligne la condition des femmes à une époque où l’art et l’amour ne valent socialement guère en regard d’un bon mariage. Et même si l’ensemble reste bien convenu, avec happy end assuré, le divertissement se révèle tout à fait honorable.

Sur le même sujet
Plus d'actualité