La carte et le territoire

Après Océans et Le peuple migrateur, Jacques Perrin reconnecte une nouvelle fois le téléspectateur au monde animal.

saisons2_be

Le documentaire débute lors de la dernière ère glaciaire pour ensuite retracer l’évolution et les conséquences du partage des territoires forestiers entre l’homme et les espèces sauvages. Dans la première partie de la reconstitution chronologique, les images contemplatives dépourvues de voix off nous emmènent au plus près de la nature. Pas de surprise, Jacques Perrin nous a habitués à une photographie de qualité supportée par une immersion toujours très scénarisée, à la limite de la fiction. Dommage que dans l’autre moitié, lorsque l’individu intervient et anthropise l’espace, le ton devienne moralisateur, et que la localisation géographique se limite finalement à notre continent alors que la problématique est également présente ailleurs.

Sur le même sujet
Plus d'actualité