PETIT ÉCRAN. L’histoire de Daft Punk

Vingt ans après la formation du duo le plus mythique de l’électro, un documentaire revient sur l’histoire du groupe.

isopix_21534014-001

Tout a commencé dans une chambre d’enfants. Au milieu des câbles et des synthétiseurs, deux ados français sont en train de révolutionner l’histoire de la musique électronique et de poser sans le savoir les bases d’un mythe bientôt reconnu de tous. Rarement un groupe, électro qui plus est, aura fasciné et mis tout le monde d’accord à ce point. C’est peut-être leur plus grand tour de force: avoir réussi à fédérer tant de gens autour d’une musique qui n’était pas destinée aux charts et ce bien avant que les autres genres s’en emparent. Voix robotiques, effets techniques bruts, beats techno, les productions de Daft Punk n’avaient rien de radio-frendly mais Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo avaient simplement vu le futur avant tout le monde. Et fait rentrer la musique électronique dans l’oreille du grand public avec des tubes comme One More Time, Aerodynamic ou Around The World, saignés par les DJ et les radios du monde entier.

Tout le monde (Kanye West, Pharrell Williams, The Weeknd) s’arrache les papes de la French Touch. Mais depuis 2007 et leur triomphale tournée Alive, les deux Parisiens se font rares. Cachés derrière leurs casques, ils refusent année après année les sollicitations des plus grands festivals et les rumeurs de tournée retombent aussi vite qu’elles se répandent. Dernier espoir en date pour les fans: l’apparition d’une mystérieuse page Alive2017 sur la Toile. Il n’en faut pas plus pour que la machine médiatique s’emballe. Le groupe n’a donné que deux tournées: une en 1997, l’autre en 2007. L’hypothèse d’un retour en 2017 paraît donc plausible et, même si l’éminent site Pitchfork a démenti la rumeur, la Toile veut y croire. Pour l’heure, aucune trace d’une nouvelle date de concert. Une chose est sûre: les robots venus de l’espace continuent de fasciner notre planète Terre.

Sur le même sujet
Plus d'actualité