Même pas mort

Parce qu'il y a eu Charlie avant Charlie...

docsinterdits-charlielerir-3

Affirmer que Charlie Hebdo, aujourd’hui, est redevenu un journal “comme avant” serait mentir. Si l’hebdo satirique continue son bonhomme de chemin, il a perdu Cabu, Wolinski, Tignous, Honoré et Charb, qui ont probablement crayonné les plus belles pages de l’histoire du journal, drillés par un esprit de bande qui faisait avancer leurs âmes de sales gamins dans la même direction. Puis il y a eu le 7 janvier 2015. Charlie était de toutes les discussions et de tous les réseaux sociaux. À l’unisson. Comme le symbole d’une liberté qu’on assassinait. Puis Charlie est redevenu Charlie, avec ses adeptes devant l’Éternel et ceux qui, dans le fond, l’ont toujours détesté en raison des limites que le journal adorait franchir.

Aujourd’hui, Charlie survit, un peu comme toujours, en dénonçant les magouilles, en brandissant le doigt d’honneur aux bien-pensants, en scrutant la faune politique et ces foutus interdits qui rendent chaque jour le monde un peu plus maussade. Bref, l’histoire continue. Une histoire relatée dans un documentaire baptisé Charlie, le rire en éclats, qui évoque près d’un demi-siècle (le premier numéro est sorti en 1970) de vacheries, d’engagement, d’humour noir, mais aussi de procès. En plus de griffonner l’ambiance des réunions de rédaction, le reportage interroge des dessinateurs, des philosophes, des avocats et même des religieux qui ont vu Charlie grandir, parfois se tromper mais toujours assumer. Un portrait riche et féroce, mais qui évite soigneusement la caricature.

Plus d'actualité