Sous les jupons de la mode

Sophie Jovillard ouvre sa malle aux trésors pour une nouvelle saison. Première étape: les dessous de la mode d’exception.

tresorshautecouture3_f5

L’an dernier, il fut question de pierres précieuses et de cocottes, d’archives et d’hôtels particuliers somptueux dérobés à la vue du public. La règle de Trésors de ne change pas: l’émission entend présenter un univers que le monde envie à l’Hexagone. Avant de nous emmene entre vignes et chais (le 29 décembre), l’animatrice d’Échappées belles a décidé de pousser d’autres portes dérobées pour nous faire pénétrer les temples des étoffes précieuses, des broderies minutieuses et des coupes irréprochables. France 5 nous remémore un monde d’avant les blogs et les podiums et un Paris qui, sous le Premier Empire, comptait près de 2.500 tailleurs armés pour habiller la noblesse européenne. Des décennies plus tôt, Colbert clamait déjà que “La mode est pour la France ce que les mines d’or du Pérou sont pour l’Espagne”.

À l’heure des tweets de Loïc Prigent, le savoir-faire français n’a pas perdu son aimant à “like” et à partage. Depuis Chanel, Saint Laurent, Dior, Lanvin, Givenchy et Poiret, les silhouettes se sont façonnées, d’une innovation d’artiste à l’autre. Le reportage déroule le fil de cette mode changeante, au gré des égéries et des scandales, tout en prêtant une attention toute particulière aux détails qui font la haute couture. Brodeurs, plisseurs, plumassiers; un savoir-faire aussi rare que les rhinocéros noirs échappe à l’extinction dans des ateliers de tradition. À courtes aiguillées, les “petites mains” donnent le dernier coup de griffe attribué aux créateurs. La soirée servira de consistant amuse-bouche aux amateurs de mode d’exception, en attendant un autre projet de France Télévisions: The Collection. Coproduction internationale, la série très attendue qui sera diffusée sur France 3 le 29 décembre évolue dans le milieu de la haute couture de l’immédiat après-guerre.

Plus d'actualité