Questions pour un chignon

La coiffure est-elle la nouvelle cuisine? Les émissions se multiplient: après M6 et TF1, La Deux nous propose son concours en 3 volets, plutôt bien taillé.  

meilleurcoiffeur2_frederic_van_espen_rtbf

Au départ, l’idée semble improbable: rassembler 10 artistes capillaires, leur faire passer des épreuves et demander à des pros de leur décerner des notes. D’accord, c’est ce qui se fait dans toutes les bonnes écoles… mais à la télé? La crainte était que l’on s’ennuie comme des rats pendant que la colo pose, le défi était de ne pas sombrer dans la caricature ni la réalisation cheap. Autant d’écueils que la prod a, ici, quasi évités. Cela tient évidemment au casting du jury. Pour le sérieux, on aura Frédéric Van Espen (photo), fournisseur de la reine Mathilde. Pour la tendance, on peut compter sur Cyrill Hohl, lauréat de nombreux concours internationaux, artiste fou et redoutable technicien. La particularité de ce jury tient, sans doute, à sa belgitude. En France, ils auraient été snobs et infects. En Belgique, ils sont exigeants, mais, surtout, humains et proches.

Ce tout bon casting donne immédiatement de la couleur au programme. Tout comme la présence de Joëlle Scoriels à la barre qui, avec douceur et humour, fait le lien avec les dix candidats. Parlons d’eux, eux, notre vrai coup de cœur. Voici dix personnages un peu fêlés, venus de Bruxelles, Arlon, Liège ou Charleroi, pour la plupart patrons et passionnés par leur métier. Entre 19 et 56 ans, ils se ressemblent par leur mélange de rigueur et de fantaisie. Ce soir, trois épreuves: réaliser une transformation radicale, coiffer un défilé, inventer un chignon. Et nous, on se fera vite scotcher, pris en affection pour ces personnages, un peu barrés, mais au final, hyper-attachants. De purs produits de notre pays de bisounours…

Plus d'actualité