Tout simplement magnifique

Bob Saint-Clar, super-agent français viril et charmeur, le genre à donner des sueurs de jalousie à James Bond himself, est en mission secrète au Mexique.

magnifique_tv5

Mais tandis qu’il distribue quelques pains bien sentis à une armada de sbires de l’affreux colonel Karpov, le voilà interrompu par un… aspirateur! L’appareil appartient à madame Berger, la femme de ménage de François Merlin, l’auteur des aventures imaginaires et exotiques de Saint-Clar. François, tout le contraire de son héros: pas sportif pour un sou, dépenaillé, et passant l’essentiel de son temps derrière la machine à écrire d’un appartement parisien qui tombe en ruine.

Bien entendu, Bébel interprète les deux personnages. Avec un plaisir, une verve, une énergie et surtout un sens de l’autoparodie à vous faire décrocher la mâchoire de rire. Bébel, qui vient de fêter ses 40 ans, beau comme un dieu et au top du box-office avec Delon en cette année 1973. Et qui s’amuse comme un fou dans ces aventures burlesques d’un héros de papier dévoré par son créateur. L’histoire avait pourtant mal commencé. Parce que de Broca a modifié son scénario, Weber, fou de rage, claque la porte. Incompatibilité d’humeur et d’humour. Regardez le générique: pas une mention de scénariste ni de dialoguiste! Le réalisateur de La chèvre a eu tort, même s’il remercie ce “salopard de de Broca” de l’avoir poussé si efficacement à mettre en scène ses films lui-même. Les 30 premières minutes du Magnifique comptent ce qu’il y a de plus luxuriant, de plus drôle et de plus réussi de toute l’histoire de la comédie française. Et le reste est à l’avenant: cette parodie d’espionnage hilarante se redécouvre à chaque vision.

Sur le même sujet
Plus d'actualité