Lifting précoce

Le dérivé de NCIS s’offre déjà une cure de jouvence. Et d’amaigrissement…

ncis4_rtl

Il y a une tempête qui se prépare, du jamais vu…”, prophétisait “l’appât” (John Livingston), le vilain très méchant de la saison précédente avant de passer l’arme à gauche. Avec la diffusion de ces épisodes, il est désormais temps pour les membres du NCIS basés à La Nouvelle-Orléans – des agents qui élucident des crimes prenant place dans la marine – de vérifier si leur ennemi était dans le vrai. Toujours est-il que les événements de ce chapitre introductif vont avoir des répercussions tout au long de cette salve: Pride (Scott Bakula) et son équipe vont être chargés de retrouver un missile volé qui pourrait être utilisé contre un navire de la Navy. Pour y parvenir, le boss va se lancer dans une mission périlleuse en infiltrant une milice antigouvernementale…

Rassurés par les audiences réalisées lors de leur première année (NCIS: Nouvelle-Orléans était la série la plus regardée à son lancement et a réuni 17,42 millions d’aficionados en moyenne), les scénaristes font le choix avec ces inédits de développer la psychologie de leurs héros en s’appuyant sur leur passé – un grand classique à ce stade-là -, mais aussi d’introduire des protagonistes comme Sonja Percy (Shalita Grant), une nouvelle équipière. Et, bonne nouvelle pour les fidèles de la fiction originale, un chassé-croisé (crossover) entre ces personnages et ceux de NCIS: Enquêtes spéciales aura lieu à mi-parcours. Alors que la saison 3 est en cours de programmation aux États-Unis, les Américains commencent à (gentiment) déserter le feuilleton: 2,67 millions l’avaient déjà quitté à la fin de cette deuxième fournée. Les producteurs semblent ne plus pouvoir colmater les fuites puisque les plus récents épisodes n’ont rassemblé “que” 10 millions de fans en moyenne. Pas de quoi mettre la série en danger. Pour le moment.

Sur le même sujet
Plus d'actualité