La vie sous monitoring

En version documentaire ou immersion en réalité virtuelle, voici la prématurité comme vous ne l’avez jamais vue.

lavieavenirstill1_decran_2016-08-05_a_16

À peine vivants et presque déjà morts. Nés à 28 semaines – soit trois mois plus tôt que le terme– , les jumeaux Eden et Leandro s’accrochent à la vie comme un funambule flanqué de talons aiguilles. En apnée. Tirés de l’idylle des profondeurs vers le chaos extra-utérin, ces grands prématurés découvrent en effet un univers sous couveuse régi par les capteurs, les sondes, les électrodes et les perfusions de morphine. Un monde rythmé par les bips incessants et les alarmes du moniteur. Car si miracle il y a, c’est d’abord celui de la science. Dans cette unité de néonatalité, même les seringues sont motorisées pour se doter de la précision nécessaire à ces anatomies en sursis.

Poussant des cris de douleur que l’on croirait issus du monde animal, défigurés par la pose d’un respirateur artificiel dans le nez et d’une sonde gastrique dans la bouche, ces frère et sœur ressemblent davantage à des survivants qu’à des nouveau-nés. Bercé par une bande-son abyssale et hypnotique, ce documentaire nous plonge dans la prématurité comme jamais auparavant. Ici, pas d’interview frontale ni d’explication médicale. Pas même une goutte de sang. Le personnel soignant est flouté et volontairement placé à l’arrière-plan. Mais Claudio Capanna ne se résume pas à monter son docu à la manière d’un Strip-tease, en mode “grammaire sans commentaire”. Dès le générique et les premières plans in-utérins, le réalisateur italien filme la prématurité comme on shooterait un long métrage de science-fiction. Avec un max d’effets et de flous artistiques. Au point même d’arriver à dégager un zeste de poésie de ce méandre de fils, de tubes et de machines.

Ce documentaire est programmé à l’occasion de la journée mondiale de la prématurité qui frappe 7.4% des nouveau-nés en Belgique. Alors que la médecine a fait d’énormes progrès en la matière, rappelons tout de même que 25 % des prématurés naissant avant 29 semaines ne survivront pas. Si cette très belle – mais un peu longue – immersion sensorielle ne satisfait pas totalement votre curiosité, une version en réalité virtuelle offre la possibilité de découvrir un service de néonatologie à travers les yeux d’un prématuré. Une autre expérience hallucinante à découvrir sur l’application mobile Arte 360°.

Plus d'actualité