Un héros très discret

Magellan, le commissaire le plus discret de France, prend la relève du juge Mongeville sur France 3

magellan4_f3

Célèbre producteur pour la génération Dorothée, Jean-Luc Azoulay fabrique quelques heures de programmes aux qualités diverses et aux succès – pas si – variés. JLA Productions se cache derrière Les mystères de l’amour (et ceux du prochain mariage d’Hélène et Nicolas), Camping Paradis, La vengeance aux yeux clairs et Commissaire Magellan. Ce dernier, plus discret, fait tranquillement sa route sur France 3, depuis 2009. Magellan n’a pas le charisme d’un Navarro, mais il a, peut-être, les qualités d’enquêteur d’un Barnaby. Ce petit homme affable et constant cherche la vérité et arrête les coupables sans arme, ni violence. Il est aussi un père célibataire jamais débordé et un ami généreux. Ce commissaire paraît insipide et pourtant, on le suit volontiers lors ses enquêtes dans le nord de la France. Magellan est une série bavarde. Pour peu qu’il se laisse attraper par l’esprit de déduction du héros, le téléspectateur l’accompagne au gré des interrogatoires, de pistes en fausses pistes, au risque de trouver avant lui.

Après avoir croisé le juge Mongeville (Francis Perrin) lors d’un épisode spécial, Magellan (Jacques Spiesser) revient occuper quelques soirées de France 3. Ce soir, on se laisse entraîner dans les couloirs d’un lycée à la recherche du meurtrier du proviseur. L’âge ingrat, signé Céline et Martin Guyot, égrène tous les secrets, et les clichés, d’un établissement scolaire. Des statuts sociaux et des transgressions pour révéler – de manière très vieillotte – le mal-être adolescent. Notre héros très discret fait face à Carole Richert (Clem) et David Brécourt (Sous le soleil) dans une douce désuétude, néanmoins divertissante. C’est à la fois fade et bien mené. Pour plus de sel, il faudra compter sur la venue prochaine de Line Renaud.

Sur le même sujet
Plus d'actualité