PETIT ECRAN. « Le prodige », portrait d’un homme hors du commun

Le destin étonnant de Bobby Fischer se voit retracé dans ce biopic qui s’intéresse à une partie bien précise de sa vie: celle de l’affrontement mémorable avec le champion d’échecs soviétique Boris Spassky. 

Tobey Maguire - Le prodige - film

Si le monde des échecs semble souvent réservé aux seuls initiés, un duel d’anthologie a toutefois marqué le grand public dans les années 80. Les deux Soviétiques Karpov et Kasparov, aux caractères diamétralement opposés (froid comme le marbre pour le premier, bouillonnant pour le second), se livraient une lutte implacable. Pourtant, aux yeux de Kasparov, le plus grand joueur de tous les temps n’était pas russe mais américain: Bobby Fischer. Un génie précoce – champion des États-Unis à 14 ans – qui connaîtra la gloire internationale avant de sombrer peu à peu dans la folie et de finir ses jours en 2008 en Islande, exilé dans le pays où il avait conquis son titre de champion du monde en 1972. Le prodige évoque ce destin aussi tourmenté que hors du commun dans un biopic passionnant qui nous replonge en pleine guerre froide et nous fait revivre l’affrontement fascinant entre Fischer et Boris Spassky au terme duquel, contre toute attente, le fou a gagné la partie.

Le prodige. D’Edward Zwick (2014). Avec Tobey Maguire, Liev Schreiber.

Plus d'actualité