Les feux de la rampe

Gros carton aux États-Unis, la série phare de la franchise Chicago n’a pas fini de surprendre.

chicagofire2_doc

La formule n’a rien de révolutionnaire. Mais elle marche du feu de dieu. En quatre années d’existence, Chicago Fire a gagné près de 2,7 millions d’accros aux États-Unis. Un exploit. La série – qui met en scène des pompiers dans la cité venteuse de l’Illinois – cartonne à ce point qu’elle a donné naissance à trois feuilletons dérivés: Chicago Police, Chicago Med et Chicago Justice, lancée prochainement outre-Atlantique et produite, comme ses aînées, par Dick Wolf, à l’origine déjà du succès des New York Police judiciaire, Unité spéciale, etc. “Cette réussite s’explique par le fait que peu de fictions avant nous suivaient les aventures de soldats du feu, avance Jesse Spencer (Dr House), figure principale de l’histoire, depuis le Festival Télé de Monte-Carlo. Dans les intrigues, nos personnages vivent tous un véritable enfer. Et s’ils plaisent autant, c’est parce que ce sont des gens bien. Les téléspectateurs ont envie de voir aujourd’hui ce genre de personnes”, poursuit celui qui incarne le lieutenant Matthew Casey.

Preuve que ces héros du quotidien tombent de Charybde en Scylla, en fin de précédente salve – diffusée il y a plus de deux ans sur RTL-TVI! –, quasiment tous se retrouvaient dans un immeuble qui a explosé… Histoire de pimenter l’ensemble, on s’en doute, tous n’ont pas survécu. Mais qui a passé l’arme à gauche? Mystère. Toujours est-il que ce drame laissera de profondes séquelles chez ces combattants du feu, et qu’il influera jusqu’à leurs vies privées. Parmi les autres moments-clés, trois cross-overs auront lieu entre toutes les sagas de la marque, mais aussi avec New York Unité spéciale, tandis que le 19e épisode servira quant à lui de rampe de lancement à Chicago Med, en introduisant ses protagonistes. Bref, une saison qui ne connaît aucun temps mort.

Plus d'actualité