Gotham, nouveau départ

Mieux articulée, cette deuxième saison inédite permet à la série de se redéfinir et de lui donner un nouvel attrait.

gotham1_doc

On aurait tort de considérer cette série comme une histoire relatant uniquement l’enfance de Bruce Wayne (David Mazouz). Ce jeune garçon qui, plus tard, endossera le costume de Batman. Car au-delà de ce parcours que l’on suit tout de même avec beaucoup d’attention dans Gotham, ce feuilleton fantastique de 2014 est également une fiction policière centrée autour des enquêtes de James “Jim” Gordon (Ben McKenzie, Southland). Un flic qui aimerait nettoyer sa cité, et qui permet surtout de faire le lien entre le futur superhéros et tous ces voyous en passe de devenir célèbres. C’est de cette manière que nous avons d’ailleurs rencontré Oswald Cobblepot (Robin Lord Taylor), le glaçant Pingouin…

En fin de saison précédente, Bruce et Alfred (Sean Pertwee) – son fidèle majordome – découvraient ce qui pourrait s’apparenter à la fameuse “Batcave”, cet endroit qui servira par la suite de repère au justicier masqué. Dans les grandes lignes de ces inédits, placés selon ses scénaristes sous le signe de l’”avènement des méchants”, de nombreux nouveaux protagonistes vont être présentés. Parmi ceux-là, Michael Chiklis (The Shield) incarnera le Capitaine Nathaniel Barnes. Un type qui servira de mentor à Gordon et bien décidé à gérer les forces de police comme il l’entend. Grincements de dents en perspective! Du côté des vilains, on notera l’introduction de Theo Galavan (James Frain, True Detective). Un milliardaire issu d’une des familles historiques de la ville, capable de fédérer autour de lui les esprits les plus retors. On en saura aussi davantage sur Jerome (Cameron Monaghan, Shameless), dont le sourire machiavélique n’est pas sans rappeler celui d’un certain Joker… Avec ces épisodes, la série commence enfin à trouver son rythme de croisière et son identité. Une suite est déjà diffusée aux États-Unis.

Sur le même sujet
Plus d'actualité