Dans le secret des glaces

Entre polar et drame intimiste, une agréable série nordique qui manque toutefois de feu sous sa glace.

norskov2_thomas_levin_lars_topp_thomsen_arte

Dans la ville portuaire de Norskov, au Danemark, il n’y a pas que le hockey qui rythme la vie des ados. La drogue y circule en quantité, menaçant la jeunesse mais aussi les projets du maire, Martin, qui doit soumettre au conseil général son projet d’éco-quartier comportant un lycée innovant. Appelé à la rescousse par la police locale, Tom Noack, spécialiste de la lutte contre le crime organisé, revient alors dans la ville qui l’a vu grandir. Parallèlement à son enquête sur les origines du trafic, ce flic sensible et discret redécouvre des lieux et des visages autrefois si familiers: ses deux amis d’enfance, Martin – qui a épousé sa sœur Jackie – et Bondy, ainsi que Diana, la sœur de ce dernier qui fut surtout le premier amour de Tom. D’étranges retrouvailles après vingt années de séparation qui ont vu l’eau et la cocaïne couler sous les ponts.

De ce mélange plutôt classique entre enquête policière et drame familial intimiste, on pouvait espérer ressentir l’émotion, douce ou violente, de ces quadras confrontés à leurs souvenirs et à une vie bien loin de leurs insouciantes perspectives adolescentes. Mais Norskov est à l’image de son héros Tom: réservée, pudique, toute en retenue. Cela peut faire son charme, mais également sa limite car c’est notamment dans l’empathie suscitée par les personnages que la série pouvait combler le peu d’originalité de son scénario, aux ressorts parfois prévisibles. On sent bien que l’on pourrait s’attacher à eux – l’interprétation est subtile et laisse poindre ce qui n’est pas dit – mais il manque tout de même un peu de feu sous la glace. De singularité aussi, dans cette ville qui donne son nom à l’histoire mais peine à dégager une atmosphère qui nous la rendrait particulière. C’est dommage, il y avait pourtant de quoi nous séduire – à commencer par le charmant sourire de son délicat protagoniste.

Plus d'actualité