PETIT ECRAN. Clap de fin pour les Hommes de l’ombre (vidéo)

France 2 diffuse ce vendredi soir l'ultime saison des Hommes de l'ombre, dans une atmosphère de crise.

Les hommes de l'ombre - Saison 3

Obtenir le pouvoir est une chose, le garder en est une autre. Après toute une saison 2 à l’Élysée, le président Marjorie (Carole Bouquet, photo), cornaqué par son fidèle conseiller Kapita, s’achemine vers la fin de son mandat. Plus que six mois avant l’échéance suprême, six mois pour convaincre les électeurs de renouveler son mandat. Malheureusement, il va devoir affronter une flopée de trahisons, de tragédies et de scandales qui vont diablement compliquer la donne. À commencer, dans les premières minutes de ce troisième et ultime volet, par l’assassinat du leader de l’extrême droite sous les yeux d’un Kapita qui peine à s’en remettre. Dès lors, chaque candidat tente de profiter du drame pour ourdir ses armes et couper l’herbe sous le pied du chef de l’État. Lequel voit sa vie privée jetée en pâture, dans une détestable atmosphère de politique spectacle. 

Au plus près de l’actualité

Toujours au plus près de l’actualité, les auteurs des Hommes de l’ombre alignent les déboires présidentiels, quitte à forcer le trait. Les attentats terroristes sont également passés par là, qui imprègnent ces inédits en confrontant Simon Kapita, déjà au bord du craquage, à l’enlèvement de son ex-femme journaliste par un groupe d’islamistes. C’est beaucoup pour une même saison, mais le thriller politique, documenté et rythmé, garde toute son efficacité. Il profite également de personnages crédibles qui, s’ils ne sont pas toujours assez nuancés, restent interprétés par une équipe inspirée – à laquelle se joint pour cette dernière fournée Laurent Lucas en Premier ministre aux faux airs de Manuel Valls et Rachida Brakni dans le rôle de la ministre chargée des relations avec le Parlement, dont la situation personnelle évoque une certaine Rachida Dati. Dommage que l’autre homme de l’ombre, Ludovic Desmeuze alias Grégory Fitoussi soit un poil délaissé dans cette crise de fin de règne. 

 

Plus d'actualité