La femme singulière

Intemporelle, elle traverse les modes sans sourciller. La frange brune s’est muée en une chevelure blanche, mais les traits sont toujours très fins. L’élégance et la mélancolie qui la caractérisent sont intactes, comme au premier jour.

francoisehardypourtouslesg-2

Ce jour, Françoise Hardy s’en souvient comme si c’était hier. Il aura suffi d’un tube, Tous les garçons et les filles, pour la propulser à 17 ans au rang d’idole et lui offrir son premier contrat avec une maison de disques. Aujourd’hui encore, la chanteuse avoue ne pas comprendre l’engouement suscité à l’époque, elle qui considérait ne pas savoir chanter. Cet art ne lui semblait pas naturel, c’est pourtant grâce à ce style unique et à sa voix sensuelle qu’elle deviendra une véritable icône de la chanson française. L’artiste a accepté de se prêter au jeu du portrait en témoignant avec sincérité, sur base d’extraits d’émissions et de scopitones, de ses succès et de ses désillusions. Son compagnon pour le meilleur et pour le pire, Jacques Dutronc, donnera son point de vue sur celle que Jean Gabin surnommait “la discrète”, parvenant malgré la distance matérielle à semer la discorde par interview interposée. En tant qu’égérie des sixties, Françoise Hardy a évidemment influencé bon nombre d’artistes. Autrefois objet de fantasme pour Mick Jagger, Bob Dylan ou Bowie, elle est devenue une référence absolue pour la relève comme en témoignent Élodie Frégé et La Grande Sophie. Malgré ce beau travail de groupe, le sujet reste insaisissable, ce qui le rend sans doute encore plus beau.

Sur le même sujet
Plus d'actualité