L’émission d’Antoine: bilan positif

Certains pensaient qu’Antoine de Caunes aurait du mal à se relever de son éviction du Grand journal. Mais l’ancien trublion de Nulle part ailleurs en a sous le coude.  

lemissiondantoine

Dans la restructuration Bolloré, il n’est pas évident de trouver sa place… et surtout d’y rester. Le pari était risqué. N’en faisant qu’à sa tête, il a embarqué des petits jeunes prometteurs: Alison Wheller, Monsieur Poulpe et Tony la Thune. Et tel un Didier l’embrouille qui n’a pas peur de se prendre une patate, il est revenu à la rentrée 2015 avec un programme novateur, créé de toutes pièces. Une émission hebdomadaire qui porte son nom (son prénom dans ce cas), dans laquelle on a retrouvé la légèreté et la liberté dont il est pétri. Une sorte de laboratoire géant où l’humour est la priorité. Pendant une heure en compagnie d’un invité, le magazine de divertissement tourne autour d’un thème actuel, que chaque membre tente d’aborder avec un mélange de sérieux et de décontraction. Les sujets de cette première saison étaient variés: les ovnis, les poils, les faits divers ou l’adrénaline. Pour la dernière émission de juin, la petite bande a même mis les conventions au placard pour essentiellement parler de la “branlette”.

Dans L’émission d’Antoine, de Caunes donne de sa personne. Avec la séquence Antoine en roue libre, les drôles de mises en situation ou les sketches qui rappellent le duo déjanté qu’il formait avec José Garcia à l’époque. Le défi pour le présentateur était de donner envie aux téléspectateurs de regarder L’émission d’Antoine en crypté, suivant la stratégie de Bolloré de rehausser la qualité des programmes pour les abonnés et de diminuer le nombre d’émissions accessibles à tous. Antoine de Caunes espérait une deuxième saison pour laisser le temps à sa création de s’installer. C’est chose faite, et en plus, ce sera en clair.

Sur le même sujet
Plus d'actualité