Le mur chimique

Que ce soit dans la terre ou l’air qu’on respire, les menaces chimiques se font plus pressantes que jamais.

pesticideslepoisondelater-10

L’année dernière, une enquête de Greenpeace démontrait, tests à l’appui, que les pommes de nos vergers européens, vendues en supermarché, contenaient des traces de pesticides à toxicité élevée. La France et la Belgique montraient des concentrations de pesticides plus élevées dans leur sol que bien d’autres pays européens. Cette étude venait s’ajouter à bien d’autres, dénonçant les effets néfastes des pesticides qui sont devenus la norme dans l’agriculture industrielle. Le tout sortait alors qu’au niveau de la Commission européenne, un intense débat se tramait autour du renouvellement de l’autorisation du glyphosate (le principe actif du Roundup, désherbant le plus vendu d’Europe), l’industrie chimique tentant de pousser pour obtenir ce renouvellement en dépit d’études médicales pointant des risques de cancer en cas de surexposition au produit.

La réalisatrice Aude Rouaux, habituée des documentaires sur ces problématiques pour la chaîne France 5, s’est justement penchée sur l’impact des pesticides chez les agriculteurs français. En Charente, à Birac, elle nous montre comment les cancers des ganglions se développent, tandis qu’un village girondin, lui, a une surreprésentation de leucémies. On pointe les intrants agricoles, mais les autorités ne sont pas pressées de réagir. La chaîne française enfonce le clou, dès 22h, avec une autre enquête s’inquiétant de la qualité de l’air chancelante de la République, et des manquements de la législation pour l’améliorer. A ce petit jeu, la Belgique devrait aussi se regarder le nombril. Plus de 12.000 personnes décèdent chaque année à cause de la mauvaise qualité de l’air. En cause, la prolifération des particules fines dans les grandes villes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité