Ré-ouverture des vannes

Le grand cactus a bien mérité sa deuxième saison. Et vu l’audience, c’est parti pour durer.

grandcactus3_rtbf

Le 29 août dernier, Adrien Devyver et Jérôme de Warzée s’autorisaient un “Cactus” un peu spécial, diffusé via Facebook, pour présenter la rentrée de la RTBF et ses nouveautés. Un cocktail gratiné de piques, de fausses interviews et d’autodérision qui n’a pas dû faire marrer toute la maison Reyers, mais qui a eu le don de rappeler que la force de l’émission tient avant tout dans sa liberté de ton. On a liké. Puis Adrien Devyver nous l’a confirmé: “Certains ont peut-être ri jaune, mais on sait aussi que la direction nous fait confiance depuis le début. Jérôme De Warzée a reçu carte blanche et il l’utilise. C’est son créneau. Mais il connaît ses limites et, comme ça a été le cas durant toute la première saison, nos humoristes (Kody, James Deano, Sarah Grosjean, Martin Charlier et Julie Van H) savent aussi jusqu’où ils peuvent aller. La preuve, on a réussi à faire progresser l’audience à chaque numéro”.

Pas faux: avec près de 200.000 téléspectateurs de moyenne, Le grand cactus a plus que réussi son pari – “même si j’étais déjà très exigeant dès le début et que j’y croyais beaucoup”, analyse Adrien. Si la mise en bouche facebookienne a permis de révéler ce qui, à nos yeux, constitue la faiblesse du programme – les chroniqueurs Thierry Luthers, Livia Dushkoff et David Jeanmotte n’étaient pas présents, et ils n’ont manqué à personne -, on est impatients de retrouver, un jeudi sur deux, la joyeuse bande de poils à gratter qui dézingue l’actu. En sur-piquant les sujets chauds et sensibles. Et en continuant à utiliser les codes de l’info (un plateau, des “envoyés spéciaux”, etc.) pour exciter ses fidèles. Des changements? “Eh bien non: la formule est gagnante, on ne touche à rien. Le débrief est fait après chaque émission. On va donc se contenter de rester attentifs et perfectionnistes”, conclut l’animateur, sourire fier assumé. On re-like.

Sur le même sujet
Plus d'actualité