Le film du jour: The Walk

La tête dans les nuages

thewalk5_doc

Il en va de The Walk Rêver plus haut comme d’Avatar ou Gravity: il faut, pour les apprécier à leur juste valeur, les avoir vus sur grand écran, dans le format 3D pour lesquels ils ont été conçus. Et, dans le cas du dernier film de Zemeckis, ne pas souffrir de vertige, sous peine de tourner de l’œil en se retrouvant en équilibre sur un fil entre les tours défuntes du World Trade Center. Les deux jumelles forment d’ailleurs un personnage à part entière, auquel le cinéaste rend un vibrant hommage, de même qu’il célèbre l’accomplissement de soi si cher aux Américains en la personne du funambule français Philippe Petit. Et tant pis si Zemeckis édulcore en partie la réalité et donne à son film un air de conte parfois un peu naïf: on se laisse volontiers transporter tout là-haut, dans un spectacle visuel époustouflant et au suspense redoutable, alors qu’on en connaît pourtant le dénouement d’avance. Sueurs froides garanties à 400 mètres au-dessus du plancher des vaches!  

Sur le même sujet
Plus d'actualité