Voyages autorisés

envoye_isopix

Alors que la France se chamaille, comme elle aime tant le faire, pour une polémique autour du burkini, on en oublierait presque que les musulmans ne se contentent pas d’aller en vacances sur les plages niçoises, ou même dans les pays de leurs parents, grands-parents ou aïeux de toutes origines. Désormais, le tourisme dit “musulman” est une donnée à prendre en compte pour les tours opérateurs. Ce marché de 145 milliards de dollars n’inclut pas que le tourisme religieux mais aussi le tourisme dit “halal”: qui implique notamment des établissements qui procurent de la nourriture halal, un lieu de prière, – et où des activités contraires à la morale musulmane ne se pratiquent pas. Envoyé spécial nous montre comment, en Turquie, cette forme de tourisme génère une adaptation de l’immobilier et des règles (piscines réservées aux femmes, par exemple), mais que dans des chateaux en Anjou, on prévoit aussi des chambres “muslim-friendly”. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité