Acropole, secrets d’une survivante

Le plateau millénaire qui abrite le Parthénon a résisté tant bien que mal à la nature et aux heurts   politiques, dont la crise grecque est le dernier en date.

monumental_acropole4_f5

Elle (car son nom signifie “la ville haute”) contemple Athènes depuis 2400 ans, sur un plateau rocheux escarpé. Inlassablement, l’Acropole a survécu aux nombreuses secousses telluriques et aux soubresauts de l’histoire. Ce soir, France 5 nous livre les dernières découvertes archéologiques d’un site qui est occupé depuis bien plus longtemps que la Grèce antique, se focalisant sur les recettes de construction du Parthénon et de l’entrée du site, les Propylées. La mythologie dit que c’est à l’Acropole que se situa le duel entre Poséïdon et Athéna pour prendre le contrôle de l’Attique, région grecque où se trouve Athènes. Quand Poséïdon proposa une source d’eau aux habitants, Athéna l’emporta, avec un olivier. L’histoire des fouilles, elle, est plus prosaïque. Des tessons de poterie retrouvés sur les flancs de ce promontoire de 136 mètres de haut attestent d’une occupation dès le néolithique… Au XIIIe siècle av. J-C, une muraille semble être élevée. L’Acropole devient une forteresse. Petit à petit, elle va se muer en sanctuaire. On détruira les fortifications au moment de l’avènement de la démocratie athénienne, vers 480 av. J-C. Mais au-delà du Parthénon, le site abrite une série de monuments qui attestent de l’époque glorieuse de Périclès, qui lança un programme de travaux après la guerre contre les Perses. L’Acropole est aussi un lieu important pour la Grèce actuelle. Sur ses pentes, on retrouve la première université moderne du pays, et des lieux symboliques de l’État. La crise qui a fracassé le pays a levé un vent de menace nouveau sur le site, qui a résisté à bien des tremblements de terre: en 2014, des bâtiments historiques dans ses alentours, appartenant au ministère de la Culture et censés faire tampon contre les projets immobiliers, ont été mis dans un fonds de privatisation pour remettre l’État à flot. Un sale coup pour le patrimoine grec.

Plus d'actualité