Un amour de Swan

Les petits meurtres d'Agatha Christie n'ont pas fini de frapper.

agatha3_elodie_labarthe_f2

Le commissaire Laurence n’est plus”, lâche le curé de l’église devant un cercueil trônant au bas de l’autel. Mince, pour débuter la saison 2, c’est fâcheux. Qu’est-il donc arrivé à l’arrogant Swan, qui d’ordinaire se sort de toute situation sans un pli à son costard? Une drôle d’enquête sur l’étrange enlèvement d’un enfant, qui prend des airs de Mystère de la chambre jaune. La série déploie à merveille sa fantaisie et son humour décalé, jouant à bousculer son trio originel – le commissaire, sa délicieusement gourde secrétaire et l’encombrante journaliste qui lui colle aux basques – par la présence magnétique et dévastatrice d’une légiste qui se plaît à semer le désordre. Plus il y a de femmes autour de Laurence, plus on rit et l’on accepte volontiers la rentrée si c’est pour repartir avec eux – pour cinq épisodes seulement.

Sur le même sujet
Plus d'actualité