Epilogue

Maître et élève se retrouvent dans un ultime face-à-face aussi électrique qu’attendu.

damage_isopix

Au-delà des différentes affaires qui ont rythmé chacune des quatre précédentes saisons de Damages, les auteurs de la fiction judiciaire créée en 2007 n’ont jamais perdu de vue la clé de voûte de leur feuilleton. À savoir la relation qui lie la revêche avocate Patty Hewes (Glenn Close) à celle qui fut un temps sa protégée, Ellen Parsons (Rose Byrne). Aujourd’hui, et alors que la série s’achève avec la diffusion en clair de ces ultimes inédits – produits il y a plus de quatre ans -, ces deux-là vont enfin se mesurer dans un dernier face-à-face de toute beauté. Vu leurs parcours respectifs et la tonalité de l’ensemble, on se doute bien qu’une fin heureuse n’est pas à l’ordre du jour, comme nous le prouvera un glaçant flashforward (bond dans le futur) lors du premier épisode. “Je ne sais pas s’il est possible de définir le concept du bonheur dans cet univers, expliquait alors Todd A. Kessler, l’un des trois créateurs du succès, avec son frère Glenn et Daniel Zelman. Ce qui nous importait surtout, ici, c’était d’offrir une conclusion qui soit satisfaisante pour tout le monde.”

Afin de mettre en scène cette confrontation suprême, les scénaristes ont fait le choix de faire se rencontrer les deux femmes de loi autour du cas du pirate informatique Channing McLaren (Ryan Philippe, Studio 54). Un personnage inspiré par l’affaire Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, ce site qui a publié des documents ultra-sensibles notamment sur les guerres d’Irak et d’Afghanistan. Comme si cela ne suffisait pas, en ce début de salve, la tension est déjà exacerbée entre elles: alors que l’acariâtre mentor a volé la vedette à Ellen lors d’un récent procès, cette dernière pourrait prendre sa revanche en faisant perdre à Patty la garde de sa petite-fille. À savourer jusqu’à la dernière goutte… de sang?

Plus d'actualité