Confessions intimes

Les affaires criminelles sont devenues accessoires dans les nouvelles productions de Dick Wolf.

chicago_isopix

Il y a quelque temps, pour Dick Wolf – le concepteur de Law & Order (New York, Police judiciaire, Unité spéciale…) -, une bonne série policière devait se contenter de servir des histoires isolées et faciles d’accès aux téléspectateurs. “Pour regarder nos productions, il n’est pas impératif de savoir qui couche avec qui, lâchait-il. S’il vous arrive de manquer un ou plusieurs chapitres, vous pouvez reprendre le train en marche sans être complètement paumé.” Mais ça, c’était avant que ses anciennes créations ne périclitent. Aujourd’hui, le vieux briscard a compris que les gens ressentent le besoin de s’attacher aux héros.

Il ne lui en fallait pas plus pour changer de braquet avec sa nouvelle franchise développée autour de la ville de Chicago, après le succès de Chicago Fire (le quotidien de pompiers). Alors que la troisième année de Chicago Police – le spin-off de Fire – s’élance ce soir, ses différents comédiens sont bien conscients de cette nouvelle donne. “Le crime de la semaine ne sert finalement que de prétexte et permet de donner du relief à nos personnages, nous expliquait Jesse Lee Soffer (le détective Jay Halstead) au Festival télé de Monte-Carlo juste avant de tourner cette troisième salve. C’est plus intéressant aussi pour nous autres acteurs.”

Raison de plus pour embrayer une fois encore sur la vie privée de chacun. Et notamment autour de la détective Erin Lindsay (Sophia Bush, Les frères Scott), précédemment incapable de protéger l’une de ses coéquipières et qui, dans ses inédits, peine à s’en remettre. Et ce n’est là qu’un exemple parmi tant d’autres, alors que tous s’apprêtent également à faire la connaissance des protagonistes de Chicago Med (la troisième déclinaison, hospitalière celle-là) dans un épisode cross-over bientôt diffusé sur RTL-TVI. À donner le tournis!

Sur le même sujet
Plus d'actualité